L'inspiration des mansardien(ne)s internautes.

Publié le

Comme je suis fatiguée, j'en profite pour rééditer certains articles du "sentier des chimères" que certains d'entre-vous ont sans doute déjà lus mais qui ont leur place dans le cadre littéraire de la mansarde. Vous pouvez quand même répondre à nouveau si le coeur vous en dit. Quant aux nouvelles amies mansardiennes nous attendons leurs réponses avec impatience.

La plupart des écrivains adoptent  des conditions d'écriture souvent particulières. Je veux parler de leurs  manies, maîtresses absolues et exigentes de leur inspiration.

Les rituels adoptés, concernent l'environnement proche des auteurs. A quelle heure écrivent-ils? A quel endroit? Qu'en est-il de la lumière et des sons qui les entourent? Ont-ils un support alimentaire? Bref à quels drôles de tics se livrent-ils afin de se mettre en situation de création littéraire?
Voici un petit florilège non exhaustif d'habitudes d'écrivains, bien révélatrices.

Blaise Pascal: quand il était dehors,  il gravait ses idées sur ses ongles avec une épingle de peur de les oublier. (dans le genre auteur sado-maso)

Montaigne: Il s'enfermait dans une vieille tour où quiconque avait interdiction d'entrer.(dans la catégorie auteur tyrannique)

Victor Hugo: marchait en long, en large et en travers,râlait puis écrivait debout, et enfin jetait les feuillets par terre.(ouf! plus tyrannique tu meurs!)

Descartes: écrivait en plein jour à la lueur des bougies (dans le genre auteur gaspilleur!)

Balzac: s'enfermait entre 6 semaines et 2 mois, volets fermés, travaillant 18h par jour, et ingurgitant des litres de café.(style auteur "force de la nature")
cafetière visible dans la maison de Balzac à Paris.

Colette: pour conjurer l'angoisse de la page blanche, n'écrivait que sur du papier bleu (genre auteure à "fixettes")

George Sand écrivait toutes les nuits et aussi une partie de la journée, dans sa chambre à la lueur d'une chandelle (genre auteure noctambule et prolifique).

Virginia Woolf  dans son livre "une chambre à soi" écrivait qu'une femme  doit "avoir une chambre à soi qu'elle peut fermer à clé afin de pouvoir écrire sans être dérangée par les membres de sa famille". (genre auteure ermite qui lutte à sa façon contre le poids écrasant de la bonne société victorienne)


Toutes ces conditions d'écriture constituent sans doute une mine d'infos pour les psy!

Et nous, modestes artisans littéraires du net et autres écriveurs, quelles sont nos petites manies?

En ce qui me concerne:  je fais en sorte de toujours disposer d'un bloc de petits feuillets volants blancs sur lesquels je note mes idées, pratiques puisque je peux les froisser et les jeter aussitôt utilisés. J'en retrouve de vieux qui traînent dans mes sacs, entre les pages des livres, dans les tiroirs...(dans le genre "auteure dissimulatrice")
J'aime bien écrire tard le soir dans mon lit, j'ai l'impression que plus rien de mal ne peut arriver et celà libère mes pensées (dans le genre "auteure angoissée").


A votre tour de me dire comment vous écrivez...

Ps: Mais c'est quand même Jack London qui détient la palme de la meilleure méthode de détection d'inspiration    "on ne peut pas attendre que l'inspiration vienne. Il faut courir après avec une massue"

Portrait de Virginia Woolf devant sa dernière demeure peu de temps avant son suicide.



Publié dans bibliothèque

Commenter cet article

Mireille 09/10/2009 22:56


L'inspiration me viens tard le soir enfermer dans une pièce  avec de la grande musique je griffonne sur une feuille volante  et je dessine en même temps.comme drogue un grand verre de
lait bien froid.Et parfois je me lève en pleine nuit pour écrire.
Je te souhaite un bon weekend. Bises.


12/10/2009 14:02



Le lait froid, un plaisir régressif auquel je m'adonne volontier!



lizagrece 08/10/2009 13:17


L'inspiration j'attends qu'elle vienne. Elle s'impose souvent. J'ai tout mon temps.
Quant aux manies. Disons que j'aime écrire le soir tard, quand il n'y a plus de bruit dans la maison. Je prends peu de notes. Car plus ça va plus j'abandonne le stylo pour le clavier
d'ordinateur...
Mises à part ces considérations j'espère que ça a bien malgré cette fatigue. Je t'embrasse


08/10/2009 13:36



Je te remercie, disons que je fais aller.
Le clavier ça doit être pratique mais je préfère le papier, le geste d'écrire. Quant aux idées il me faut des plages de temps à ne rien faire pour qu'elles viennent. Et j'en ai. Une heure le
matin sur l'autoroute et idem le soir. Le temps occupé à 100% déssèche l'imagination, enfin à mon avis...C'est peut-être pour ça que V.Woolf disait aussi que pour écrire il faut une chambre à soi
mais aussi de l'argent pour disposer de son temps à loisir. Une femme pragmatique!



Jean-Yves 08/10/2009 12:17


Rigolotte Colette, et excellent London.

Je serais un de Montaigne, un peu de Balzac, un peu de Sand...
Quand j'écris, car cela m'arrive parfois, c'est devant un PC, je n'ai rien écrit de manuscrit, depuis que j'ai connais l'informatique, pour vous donner une idée depuis 1987. Quand j'écris
donc, c'est la musique qui m'inspire. Mettez un CD dans le lecteur, plusieurs cruches de café, donnez moi un PC avec Word bien sur... et je peux vous écrire des pages et des pages... Il
ne faut pas que la musique s'arrête !

Ce matin dans la voiture en venant au travail, j'écoutais la Bande Originale du Film "HOME" le Film de Yann Arthus Bertrand dont la musique est de  Armand Amar... et bien je me suis vu
écrire, les pensées défilaient les unes derrière les autres. Fermer les yeux et souvenez vous de cette cette scène anthologique du Dessin Animé de FANTASIA "L'apprenti sorcier" Mickey...
Bien vous voyez les balais les uns derrière les autres et bien ce sont mes pensées qui défilent...

Jean-Yves.






08/10/2009 12:32


Magnifique!


litteratus 08/10/2009 11:41


J'aime l'expression pleine de force de Jack London que j'ai redécouvert il n'y a pas longtemps. Le carnet (moleskine) est toujours dans mon sac qui pèse une tonne au cas où une idée s'imposerait.
Car en général, les idées me viennent avant que je ne leur courre après... c'est pour cela que je n'en ai pas beaucoup...

 Il faut que je m'achète une massue ... mais où en trouver ?


08/10/2009 11:49



Je me souviens avoir été obligée d'exécuter des chorégraphies horribles avec des massues en cours de gym au collège autrefois...J'imagine donc que tu peux en trouver dans les magasins
de sport! lol



lili 08/10/2009 11:33


J'ai deux bureaux - un "moderne" avec l'ordi dans la pièce bureau ...
l'autre, dans un petit salon, meuble ancien de famille, c'est sur celui-ci que j'écris mes poèmes, mes correspondances, les notes et phrases que j'aime ou veux retenir, les poèmes des autres et
tout cela à l'encre violette (plume ou bille)
sur un bloc notes à petits carreaux à feuilles détachables   à la couverture brodée avec un L - voir article du 16 juillet sur mon blog - j'écris à ni'mporte quel moment mais il faut
que je sois seule  ...  voilà mes petites manies d'écriture


08/10/2009 11:43


Une autre écrivaine-poète solitaire! C'est beau l'encre violette et ça me rappelle les encriers de l'école primaire avec les tâches sur les cahiers, source de punitions injustes...