Chronique de la montagne (5)

Publié le

Qu'en est-il de votre relation au silence? L'aimez-vous, le recherchez-vous ou bien le fuyez-vous comme la peste?...

Ce que je préfère par dessus tout en montagne, c'est aller au bout du bout du chemin...Dépasser les forêts sombres pour parvenir à la récompense : l'estive, plus communément appelée le pâturage, là où le berger mène les troupeaux qui passeront l'été sur les sommets.

Photo Cat
Ce qui m'attire là-haut?  Le silence parfait peut-être.
Mais attention, il ne s'agit pas d'un silence par défaut ni d'une quête d'absence de bruit.
Je cherche à conquérir un silence rare et luxueux qui envahirait chaque parcelle de mon corps et de mon âme.
D'aussi loin que je m'en souvienne, seules les hauteurs sont à même d'offrir la magie du silence.
Et toute conquête digne de ce nom ne se fait pas sans effort...

Une fois parvenue au beau milieu de l'estive, une question cruciale se pose. Le seul soucis de la journée, où poser ses f...?

Quel est le meilleur morceau de granit, plat et lisse de préférence  susceptible d'offrir le meilleur point de vue?
Peut-être ce bord de ruisseau est-il plus à même de répondre à mes désirs? Non, le bruit du cours d'eau risquerait de réduire ma quête à néant.

Finalement j'opte pour ces pelouses parfaites et immenses dont on se demande quel
artiste-jardinier les entretient. Un décor tout droit sorti d'un livre de conte propice aux rêveries exquises et au silence vaporeux. Les buissons de chardons qui émergent ça et là signent le paysage. Et l'homme n'est pour rien dans cette perfection...

Photo Cat

Me voilà installée au milieu des vertes prairies, pieds nus dans l'herbe moussue. Le silence peut arriver...
Vous pensez qu'il s'agit de se détendre et d'ouvrir tout grand  ses écoutilles pour y parvenir? Que neni...
Il s'agit d'une conquête et une conquête ne se fait pas sans craintes.

L'endroit  semble désert. Mais  soudain le son d'une cloche, d'abord lointain, résonne dans la montagne. Le troupeau est encore loin. Puis le tintement de la clarine s'éteint peu à peu, elles ne viendront pas de ce côté de l'estive aujourd'hui.

Le silence a repris ses droits. 
Seulement le bourdonnement des insectes et le vent sur les fleurs. 

Tout à coup dans ce décor d'opérette piqueté de fleurs rares au milieu duquel pourrait surgir un inoffensif télétubbbies, un cri inhumain venu du fond des âges déchire le calme apparent du ciel. Je lève la tête. Mon corps tout entier est tendu. Je remets mes chaussures, instinctivement prête à fuir...

A quelques dizaines de mètres au dessus ils arrivent par dizaines. Des vautours fauves qui tournoient et planent en silence dans un ballet parfaitement orchestré.
Ma peau se hérisse tandis que l'ombre démesurée de leurs ailes assombrit les pentes herbeuses. Certains, les plus curieux, tentent des vols rapprochés, lâchant parfois leur cri lugubre.
Et c'est à cet instant précis que l'on touche au coeur du silence ...


source photo www.balladeornithologique.com

Et pour vous, ami ou ennemi le silence?

Commenter cet article

Jc Vincent 28/09/2009 13:16


Amoureux du silence... ennemi du silence ?  Il n'y a pas d'incompatibilité !
Tout dépend de ce que je fais.

Vaquer à mes loisirs préférés, seul dans la maison : besoin de musique, perpétuellement ... volume en conséquence !

En promenade dans les Alpes, souvent : bonheur de vivre en silence, comme vous : superbe texte que vous écrivez là... 

A l'écoute du brame du cerf, il y a 36 heures ?  Amoureux fou du silence, vie en symbiose avec la nature, avec son corps dont il faut maîtriser, dans une marche nocturne, le moindre mouvement
susceptible de produire un bruit perturbateur... pestant sur le seul bruit empêchant d'entendre les cerfs distants, celui des avions (mais heureusement, les cerfs que l'on cotoie à 50 mètres
pendant de longues minutes suffisent à ramener le bonheur).
Merci Cat.


29/09/2009 10:23


J'aime infiniment les bruits de la nature mais comme je n'ai pas l'habitude et que je suis courageuse mais pas téméraire, j'ai bien du mal à contrôler mes réactions même en plein jour. Quant à une
marche nocturne en forêt, j'en suis incapable, les séquelles de l'histoire du petit chaperon...Merci d'avoir lu ce texte!


lizagrece 26/09/2009 13:42


Le silence en vérité n'existe pas ... Il y toujours le vol d'un oiseau, des insectes, les clochettes d'un troupeau au loin ... Personnellement ça me rassure ... Ca prouve qu'il y a de la vie ..;


29/09/2009 10:13


Même les morts font du bruit...parait-il!


Callophrys 26/09/2009 11:43


le silence ne me fait pas peur...au contraire! il est propice à la reflexion,il repose notre pauvre petit cerveau malmene par tous les bruits de la rue ,des appareils menagers etc...et aussi quand
je garde 3 "p'tits  monstres" à la maison.....un peu de silence est le bienvenu....la nuit,la ville dans la nuit,j'adore m'y promener quand je peux...tout est different,on ne perçoit pas les
choses de la meme façon ,on regarde differemment....oui j'aime le silence...


29/09/2009 10:08


Une amoureuse du silence en quelque sorte! Je vais aller faire un tour sur votre site. Merci pour la visite!


:0023:TRINITY 25/09/2009 18:41


Magnifique article superbement écrit !!!!
Le silence est magique, pour ma part je me rfugie dans la méditation, je fais le vide autour de moi, je me recentre sur moi même dans la position du lotus et tous les bruits disparaissent comme par
enchantement, je suis seule avec moi, plus aucune pensée ne vient troubler ces moments, plus aucun bruit ne vient perturber ces instants, c'est la plénitude, et Ciel que j'aime ces moments !
Trinity


29/09/2009 10:04


Je t'imagines parfaitement ainsi!


litteratus 25/09/2009 16:02


oh la la... heureusement qu'il y en a une qui suit... !! un grand merci ! je vais aller faire un tour... trop abrutie sans doute par le travail


25/09/2009 16:06



Mais de rien chère Litteratus! Bonne promenade.